google2dffe4048af42c4e.html google2dffe4048af42c4e.html
Les parties vésuviennes...
Les Parties Vésuviennes...
les parties vésuviennes
Les Parties Vésuviennes, 2004, photographie noir et blanc 52 x 79 cm et texte 50 x 50 cm (police sand)

Le 21 février 2004, l’étrangère ne voulut plus de moi, lassée de mon sexe usé et épuisé. Ah, l’érosion, le malheur des couples ne m’en parlez plus ! « Il faut que tu changes ! » Et puis elle est partie.

M’adressant à la nature qui me l’avait donné tout neuf, je lui demandé alors un rendez-vous. Elle le fixa sur la plage de Vauville le 15 août vers 20 heures de cette même année.

« Tu es bien le premier à me dire que tu en veux un autre ! » Elle m’entraîna au fond de la mer, me racontant et me montrant tout un tas de choses. Puis elle prit congé : « Demain, va sur la plage ! »

Cette nuit-là, la nature remua ciel et terre. La mer et le vent firent un tel vacarme que l’on s’en souviendra pendant des lustres. Ce fût un carnage, la pierre se fit chair. Resté seul, j’ai même aperçu le vent que jamais personne n’a pu voir.

A l’aube, je me rendis sur la plage. La nature m’avait comblé, il y en avait de toutes sortes, de quoi satisfaire toute une planète de femmes. Il n’y avait qu’à choisir, j’ai pris celui-ci car il me semblait robuste et convenait bien à ma couleur de peau.

J 'ai alors rejoint l’étrangère le 25 août 2004 et c’est reparti comme avant, mais avec du roc.

Choose your language / เลือกภาษาของคุณ