google2dffe4048af42c4e.html google2dffe4048af42c4e.html
Photographies de la machine Ă  trouver l'inspiration
"La Machine Ă  trouver l'inspiration..."


En rĂ©ponse aux perceptions sensorielles, visuelles, tactiles, sonores, gustatives et olfactives, l’ĂȘtre vivant enregistre des images et les compile dans son intĂ©rioritĂ©. L’imagination fonctionnerait comme un ensemble de capteurs d’énergies et de frĂ©quences. C’est l’imagination, la facultĂ© de reproduire des images du monde dans notre intĂ©rioritĂ©. Ce ne sont pas uniquement des images rĂ©tiniennes, ce sont des images cartographiques qui mettent en valeur des formes avec des annotations, des Ă©motions aussi, ces Ă©nergies positives ou nĂ©gatives, ces images de sensations, Ă  la maniĂšre d’émoticones qui sont aussi des formes, des figurations. Ces images cartographiques sont complexes et rĂ©sultent de diffĂ©rents points de vue permettant de reconstituer le relief. Les points de vue Ă©tant spatio-temporels, ils confĂšrent aux images des attributs de lieu et de temps.
Ces images vont ĂȘtre discrĂ©tisĂ©es pour constituer la mĂ©moire. La discrĂ©tisation est l’opĂ©ration qui permet de rĂ©partir en classes une sĂ©rie de variables qualitatives et quantitatives. Cette opĂ©ration simplifie l’information et la compile en regroupant les images cartographiques en ensembles mĂ©taphoriques prĂ©sentant des analogies similaires, permettant un compactage plus performant des donnĂ©es. Ces images cartographiques sont stockĂ©es dans une mĂ©moire individuelle et personnelle et sont constitutives de l’identitĂ© individuelle. Les images y sont en instance. On pourrait se poser la question de savoir s’il existe un code source de transcription particulier Ă  chaque individu ou un code source unique pour tous les individus.

La pensée formulée par le langage, ce sont des agencements de lettres, des signes qui sont aussi des images. La pensée et ses concepts transitent elles aussi, au-delà des mots, par des images cartographiques.

La production de l’image Ă  l’intĂ©rieur de nous-mĂȘmes n’est qu’un volet du processus de l’imagination, l’autre volet, c’est l’aptitude de l’imagination Ă  restituer les images.

Les enregistrements d’images sont plastiques (du grec plastos qui a la puissance de former, en philosophie scolastique). GrĂące Ă  l’imagination, nous pouvons faire appel Ă  une grande partie des objets, des paysages que nous avons vus, des Ă©vĂšnements que nous avons vĂ©cus, des visages que nous connaissons
Certaines images sont des images floues, elles reprĂ©sentent un ensemble qui s‘est estompĂ©, par contre d’autres sont trĂšs nettes, et on peut mĂȘme zoomer sur ces images, en voir les dĂ©tails, circuler autour.

la machine Ă  trouver l'inspiration
Claude THIEL de NEUVILLE dans son atelier parisien recherchant l'inspiration...


Cette expĂ©rience, que les psychologues cognitifs appellent l'imagerie mentale, correspond donc Ă  la reprĂ©sentation non plus d'une rĂ©alitĂ© qui est prĂ©sente, mais d'une rĂ©alitĂ© passĂ©e. L’imagination va faire surgir des images d’un passĂ© qui a existĂ©, mais qui n’existe plus, du moins dans sa totalitĂ©, Ă  la maniĂšre d’un rayonnement photonique, fossile.

Le langage parlĂ© et Ă©crit et ses mots nous permettent de restituer les images stockĂ©es en nous, c’est un facilitateur. Sans langage, nos images cartographiques seraient dans un gouffre, hors de portĂ©e de toute communication avec les Eux, les Uns et les Autres. Le langage est une invention humaine, la forme Ă©voluĂ©e et raffinĂ©e du cri. Les langages et les mots sont des vivants et meurent comme les ĂȘtres vivants. Quand une langue meurt chaque quinzaine de jours sur notre planĂšte, c’est une part de l’imagination des hommes qui disparaĂźt.

L’univers est aussi pourvu de mĂ©moire, celle qui nous est la plus familiĂšre est le rayonnement photonique, mais elle est beaucoup plus diversifiĂ©e. Aussi, l’univers est par essence un crĂ©ateur d’assemblages. Il s’est construit et continue Ă  se construire Ă  partir des Ă©lĂ©ments recensĂ©s dans le tableau pĂ©riodique des Ă©lĂ©ments. La facultĂ© Ă  crĂ©er des assemblages de plus en plus compliquĂ©s, de trouver de nouvelles affinitĂ©s, de s’assembler, c’est peut-ĂȘtre ce qu’on appelle la vie. MĂ©moire et aptitude Ă  rĂ©aliser des assemblages, deux dispositions qui pourraient induire pour l’univers une capacitĂ© d’imagination. Souvent mĂȘme, on pourrait croire que la nature, dans ses Ă©panchements par exemple, se prend Ă  rĂȘver.

Le rĂȘve est une disposition (aptitude) particuliĂšre de l’imagination. Il y a plusieurs sortes de rĂȘves, les rĂȘves lucides oĂč le rĂȘveur est conscient de rĂȘver, leur opposĂ©, les rĂȘves trans-lucides et puis les rĂȘves provoquĂ©s par des faciliteurs de rĂȘves, des composĂ©s chimiques ou des Ă©motions positives ou nĂ©gatives. Tous les rĂȘves ne sont pas heureux, il y a des images qui nous hantent, des cauchemars
Mais la rĂȘverie peut ĂȘtre aussi vĂ©cue comme une sorte de relaxation, un relĂąchement des tensions qui nous harcĂšlent, voire un refus de la rĂ©alitĂ©. La rĂȘverie, c’est aussi marcher Ă  l’intĂ©rieur de soi, au travers d’expĂ©riences mĂ©morisĂ©es en des images cartographiques, avec un regard et un esprit nus, Ă  vif, en vacance d’esprit, en errance. Comme la marche dans la nature, elle est une expĂ©rience privilĂ©giĂ©e, cohĂ©rente, cognitive. La rĂȘverie dĂ©range l’ordonnancement, la mise en forme de notre mĂ©moire, mais dĂ©ranger pour ranger, c’est mettre dans un autre ordre, ordonner. Est-ce que la rĂȘverie qui est considĂ©rĂ©e aujourd’hui comme une disposition de l’imagination ne serait pas un des grands principes de la mise en Ɠuvre de l’univers ? Le rĂȘve fĂ©conde aussi des univers possibles, encore plus immatĂ©riels avec lesquels nous pouvons rĂ©crĂ©er.

L'inspiration est l'une des phases de la respiration consistant Ă  absorber l'air, Ă  l'opposĂ© de l’expiration. La fonction respiratoire est vitale chez les ĂȘtres vivants car elle est un apport important d’énergie pour le corps.

L’imagination sur le modĂšle de la respiration, comprend deux phases aussi, l’inspiration qui consiste Ă  fabriquer et stocker des images passĂ©es et l‘expiration qui consiste Ă  les restituer au prĂ©sent. L'inspiration est la disposition Ă  crĂ©er qui anime les novateurs en gĂ©nĂ©ral, le savant, l'Ă©crivain, l'artiste ou le poĂšte.

L’inspiration est un Ă©tat qui demande beaucoup d’énergie et qui consomme beaucoup d’oxygĂšne. D’aucuns l’appellent le souffle crĂ©ateur. L’inspiration est vĂ©ritablement une machine qui se met en route pour produire des images et des idĂ©es fumeuses, cette affluence alĂ©atoire d’images et d’idĂ©es stimulant l’imagination et la crĂ©ativitĂ© est synonyme de novation, d’originalitĂ©. Ces images peuvent ĂȘtre crĂ©Ă©es par nos dĂ©sirs ou surgir spontanĂ©ment dans notre esprit. L’inspiration pourrait ĂȘtre provoquĂ©e par un afflux d’oxygĂšne et donc d’énergie entraĂźnant une fulgurante rĂ©organisation d’images sous une forme nouvelle ou dĂ©formĂ©e qui provoque une illumination ou une transe. Il peut aussi s’agir d’une restitution ou reconstruction alĂ©atoire des images mĂ©morisĂ©es qui crĂ©erait de nouveaux ensembles mĂ©taphoriques. (Ă  suivre)

Choose your language / àč€àž„àž·àž­àžàž àžČàž©àžČàž‚àž­àž‡àž„àžžàž“